Les caroténoïdes

Les caroténoïdes

De quoi s’agit-il ?

L’α-carotène, le β-carotène, le lycopène, la lutéine, la zéaxanthine et la β-cryptoxanthine font partie des caroténoïdes alimentaires les plus courants.
Les caroténoïdes se sont avérés capables de prévenir ou de diminuer les dommages oxydatifs de l’ADN, des lipides et des protéines. Les caroténoïdes manifestent leurs effets par d’autres mécanismes tels que la régulation de la croissance cellulaire, la communication entre les interstices, la modulation de l’expression génique, le développement de l’embryon, le renouvellement des tissus (peau, muqueuse intestinale,…), l’immunité.

Pourquoi doser les caroténoïdes ?

Il existe une corrélation entre des taux élevés en caroténoïdes et la prévention des maladies cardiovasculaires (Di Pietro, 2016).
Le quintile le plus élevé par rapport à celui le plus faible en caroténoïdes sanguins était associé à une réduction de 21% du risque du cancer du poumon (de Jesus Raposo, 2015).
Un bon niveau de consommation alimentaire de lutéine et de zéaxanthine augmente leurs taux sanguins et la diversité du pigment de la macula, ce qui pourrait être associé à un risque plus faible de survenue de DMLA. La supplémentation en lutéine/zéaxanthine a amélioré la consistance optique du pigment maculaire dans le pseudodrusen réticulaire, ce qui correspond à un risque plus faible de DMLA (Corvi, 2016).

Pour quels patients ?

Un taux des différents caroténoïdes, situé dans les VBS (Valeurs Biologiques Santé) est à la fois un reflet d’une alimentation saine et protectrice vis-à-vis de certains cancers.
Ainsi, la diminution du risque de cancers par les aliments contenant des caroténoïdes (cancer de la bouche, du pharynx, du larynx et du poumon) ; du β-carotène (cancer de l’œsophage) ; du lycopène (cancer de la prostate) est jugée probable (Rapport du Fond Mondial de la Recherche contre le Cancer).
En dehors de ce cadre, la protection vis-à-vis des maladies cardiovasculaires et de la DMLA parait être prometteuse.

 

Di Pietro et al. JSM Atheroscler 2016 ; 1(1) : 1002.
de Jesus Raposo et al. Mar Drugs 2015 ; 13 : 5128-55.
Corvi et al. Br J Ophtalmology 2016 ; 101(6) : 770-3.