Métabolome intestinal

Une des fonctions majeures du microbiote intestinal est la digestion et la métabolisation de substrats endogènes (mucus, cellules desquamées ou sécrétions pancréatiques et biliaires) ou exogènes (nutriments non digérés dans l’intestin grêle de l’hôte). Ce processus aboutit à la formation de petites molécules appelées « métabolites bactériens », car issues du métabolisme des microorganismes. Ces métabolites font partie intégrante de la physiologie de l’hôte qu’ils impactent fortement de façon bénéfique ou délétère. Ainsi, le métabolome du microbiote (ensemble des métabolites produits par le microbiote) inclut à la fois certaines vitamines indispensables à notre survie, les acides biliaires secondaires nécessaires à la régulation hépatique, les acides gras à courte chaîne (AGCC), source d’énergie et de régulation pour l’hôte, mais aussi la triméthylamine, précurseur de la triméthylamine oxyde (TMAO), facteur causal de maladies cardiovasculaires. Produit par le métabolisme des bactéries intestinales à partir de substrats issus de l’alimentation de l’hôte, le métabolome intestinal est un rouage clé dans les échanges permanents et la relation symbiotique entre l’hôte et son microbiote.