Signatures des acides aminés et obésité

Signatures des acides aminés et obésité

De quoi s’agit-il ?

La métabolomique a permis d’identifier un certain nombre de signatures métaboliques dans l’obésité, dont celle liée aux perturbations des acides aminés (AAs) plasmatiques libres. Des excès et/ou des déficits ont été identifiés dans le cadre de l’obésité, perturbations auxquelles le microbiote intestinal participe activement. Ainsi, par exemple, certaines bactéries possèdent les gènes codant pour des enzymes nécessaires à la production de glutamate à partir de la glutamine, entrainant en cas de surexpression de ces gènes un excès en glutamate. Cet excès de glutamate peut perturber le fonctionnement du cerveau.

Pourquoi doser les signatures des acides aminés dans l’obésité ?

Les signatures des AAs, dans l’obésité, peuvent aussi bien être présentes chez les enfants et les pré-adolescents que les adolescents et les adultes. Néanmoins, ces signatures en acides aminés sont différentes pour les 2 tranches d’âge.
Chez les enfants et pré-adolescents, on note une nette augmentation des acides aminés branchés (AABs), qui permet de prédire de manière indépendante la survenue possible d’une insulinorésistance sur 18 mois (McCormack, 2013 ; Newbern, 2014).
Chez les adolescents et les adultes, l’augmentation des AABs et des acides aminés aromatiques (AAARs : phénylalanine et tyrosine) était corrélée à un fort indice de masse corporelle (Feliz, 1969) et à l’incidence de la survenue d’un diabète de type 2 (Wang, 2011 ; 2015).

Pour quels patients ?

L’indication princeps reste celle de l’obésité aussi bien chez les enfants et les pré-adolescents que chez les adolescents et les adultes.

 

Felig et al. N Engl J Med 1969 ; 281(15) : 811-6.
Mc Cormack et al. Pediatr Obes 2013 ; 8(1) : 52–61.
Newbern et al. J Clin Endocrinol Metab 2014 ; 99(12) : 4730–4739.
Wang et al. Nat Med 2011 ; 17 : 448-53.
Wang et al. Int J Epidemiol 2015 ; 44 : 623-37.