Signatures des acides aminés et NAFLD/NASH/Cirrhose non-alcoolique

Signatures des acides aminés et NAFLD/NASH/Cirrhose non-alcoolique

De quoi s’agit-il ?

La métabolomique a permis d’identifier un certain nombre de signatures métaboliques dans la NAFLD (Non-Alcoholic Fatty Liver Disease), la NASH (Non-Alcoholic Steatohepatitis) et la cirrhose non-alcoolique. Parmi ces signatures, celles des acides aminés (AAs) plasmatiques libres liées à ces trois situations physiopathologiques sont différentes.

Pourquoi doser les signatures des acides aminés dans la NAFLD/NASH/Cirrhose non alcoolique ?

Dans la NAFLD, l’index GSG (glutamate/sérine + glycine) constitue un indicateur dynamique d’inflammation et de stress oxydant, variant selon l’avancement de la pathologie et du traitement appliqué (Gaggini, 2018).
Dans la NASH, on note une nette augmentation de plusieurs AAs, elle pourrait s’expliquer par une stimulation du turnover des protéines se produisant au moment du passage de la NAFLD à la NASH (Lake, 2015).
Dans la cirrhose non-alcoolique, il a été identifié que les taux en acides aminés branchés (AABs : leucine, isoleucine et valine) étaient diminués en parallèle avec l’augmentation de la fibrose (Kawanaka, 2015).

Pour quels patients ?

Chez tous les patients ayant déjà un diagnostic de NAFLD ou de NASH afin de compléter le panel de perturbations présentes et surtout proposer une prise en charge personnalisée, sur les protéines/AAs.
Chez tous les patients n’ayant pas encore de diagnostic de NAFLD ou de NASH mais ayant un syndrome métabolique avec une augmentation de la γ-GT et des transaminases, un surpoids voire une obésité. L’évaluation de la signature des AAs va compléter l’aide au diagnostic et surtout permettre d’envisager une prise en charge spécifique.

Gaggini et al. Hepatology 2018 ; 67(1) : 145-158.

Kawanaka et al. Hepat Med 2015 ; 7 : 29–35.

Lake et al. Amino Acids 2015 ; 47(3) : 603-15.